Victor Kossakovsky

Victor Kossakovsky

Réalisateur, Scénariste
  • Accueil
  • Filmographie
  • News & dossiers
  • photos
  • Récompenses

Biographie de Victor Kossakovsky

" Durant mon enfance, j'avais deux passions : le cinéma et la photographie. Un été, j'ai travaillé trois mois comme tourneur dans un atelier de construction mécanique pour pouvoir m'acheter un objectif à longue focale. Ensuite, par n'importe quel temps, je disparaissais dans la forêt avec mon appareil photo, à la recherche d'un oiseau, d'une fleur ou d'un élan. Durant des heures, en retenant ma respiration, j'attendais l'image extraordinaire. Mes rêves d'avenir se partageaient entre les professions de directeur de la photographie au cinéma et de garde forestier. " (V. Kossakovski, extrait de " Autobiographie ", in Images documentaires n°51/52, 2004)

Victor Kossakovski est né le 19 juillet 1961 à Leningrad (Saint Pétersbourg). Successivement assistant opérateur, assistant réalisateur et monteur de 1978 à 1989, il réalise des documentaires à Saint-Pétersbourg depuis 1989. " Le cinéma de Kossakovski révèle, comme le souligne Antony Fiant, " les zones sensibles de frottement entre lui-même, ceux qu'il filme et le spectateur ", constat qui s'enracine dans les conditions mêmes du tournage : le Pétersbourgeois est la plupart du temps son propre opérateur. Pour Kossakovski, la personne la plus importante du cinéma documentaire est en effet le caméraman, le premier, " au moment de la prise de vue à unir l'éthique et l'esthétique, en convertissant l'événement en image ".

Difficile de couvrir d'un trait une filmographie qui recèle autant de trésors, depuis le portrait barré d'une famille rurale en forme de jeu de bascule tragi-comique permanent (Belovy, 1993) jusqu'à son avant-dernier opus (Tishe!, 2003), filmé depuis la fenêtre de son appartement pétersbourgeois, chronique du théâtre de la rue, parabole cachée d'un certain état de la Russie contemporaine et machine à remonter l'histoire de l'art. Kossakovski pratique un cinéma en liberté, charnel et cérébral, démesuré et fantastique, très russe (tendance Gogol), mais dont le résultat s'apparente parfois à ce que l'on a appelé à une époque - mais sous d'autres latitudes -, le réalisme magique. " (Sandor, extrait de " Victor Kossakovski en quelques sons ", Fluctuat.net, 2006).

Filmographie de Victor Kossakovsky

Vivan las Antipodas ! 6 Mars 2013
Un coucher de soleil magnifique à Entre Ríos, Argentine, vient télescoper la clameur de Shanghai, la mégalopole chinoise noyée dans le brouillard. Quel est le chemin le plus court entre ces deux lieux ? Tout simplement une ligne droite qui...